Página:Antologia Poesia Femenina Argentina.djvu/126

De Wikisource, la biblioteca libre.
Ir a la navegación Ir a la búsqueda
Esta página no ha sido corregida


126 ANTOLOGLA DE LA PoEsiA FEMENINA ARGENTINA

LES NUAGES

Sur 1'azur que mon réve embrasse Les blancs nuages passent, passent. . . —Marche, et marche le beau cortége De saintes en robes de neige!—

A 1'heure 011 1e soleil se pose, Oiseau de feu, sur la montagne, Ils deviennent les ailes roses Planant vainqueurs sur la campagne.

Au soir, coquets, ils sont les voiles Ornant de neige les étoilesz

La lune est une vierge sage

Qui met un voile 5: son visage.

Parfois tout noirs vont les nuages; Cortége dc peines inquiétes. ..

F.t la pitié reste muette

Craignant d'un mot causer l’orage.

Roses o1‘1 noirs, peuplant l'espace, Les nuages changent et passent, Mais ils sont en leurs formes bréves Les ombres qu'au ciel font nos réves.